Prospection d’or en Alsace : des paillettes dans les Vosges

Vous avez appris que l’orpaillage dans le Rhin a cessé depuis la fin du XIXe siècle ? C’est juste. Vous avez également entendu dire qu’il y a toujours de l’or dans le fleuve ? C’est aussi juste. Tellement juste qu’une prospection d’or en Alsace peut se solder en une trouvaille de pépites égarées dans les gravières de la région et le long du fleuve. Evidemment que cela ne fera pas de vous la prochaine personne la plus riche de la planète. Mais dans les Vosges, si vous avez le matériel adéquat, vous pouvez trouver plusieurs centaines de paillettes en moins de 2 heures de prospection. Et on en tire beaucoup de joie. Voici le récit de notre récente découverte d’or dans les Vosges.

Nous avons trouvé de l’or dans les Vosges sur le versant Alsacien

Les pieds perdus dans l’eau, toute notre équipe avait mis des combinaisons étanches en néoprène. Avec nos batées, nous avons commencé à extraire le sable du lit d’un ruisseau situé à l’aval d’un énorme rocher, dans un lieu où il n’y a presque pas de courant.

Nous avons alors rempli nos batées d’alluvions et les avons secouées de tous les cotés afin de faire évacuer l’argile. Il fallait aussi évacuer les graviers restés en surface. Ensuite, nous avons basculé nos battées en y admettant un peu d’eau pour charrier les matériaux stériles et pour les éjecter.

Dès lors, il ne restait dans nos batées plus qu’une traînée de sable, et au milieu, six paillettes qui scintillaient. Vous l’avez compris. Nous venons de trouver le filon. Et nous ne sommes pas au Pérou ou encore en Afrique du Sud. Tout se passe ici, dans les eaux glaciales d’un ruisseau des collines des Vosges, en Alsace. Vous pouvez imaginer notre joie.

L’orpaillage dans les Vosges : une partie de plaisir

Pierre Fluck, enseignant à l’Université de Haute-Alsace a confirmé que le gisement d’or en Alsace est répandu sur une superficie de près de 700 ha. Et même si la minéralogie des Vosges est aussi composée de quartz, d’ambre, d’argent, d’arsenic, etc., rien n’égale la joie de retrouver des paillettes dans sa battée après 1 à 2h de prospection.

L’orpaillage dans les Vosges date du VIIe siècle. A l’époque la prospection d’or dans le Rhin était une activité très populaire. Sur les bords de ce fleuve reconnu comme l’un des fleuves les plus aurifères d’Europe, les orpailleurs se comptaient par centaines autour des années 1830. Pourtant, aujourd’hui encore, après une prospection, on peut tomber sur plusieurs centaines de paillettes.

En fait, c’est d’un gisement de filon des Alpes suisses que provient l’or que l’on retrouve dans les Vosges. Malheureusement, avant qu’il ne parvienne en France, il n’en reste plus que des paillettes. Pire encore, à mesure que l’on avance du côté de l’estuaire, elles deviennent plus minuscules. C’est vrai que c’est de l’or pur (on l’estime faire dans les 24 carats environ), mais la quantité disponible est tellement insuffisante qu’on ne peut pas espérer se rendre riche avec l’or du département des Vosges.

En tout cas, pour ceux qui ont le goût de l’aventure et de la nature, une virée aurifère sera toute indiquée !